Le Manoir

Le Manoir d’Anjou à travers les temps

A l’origine, la forêt de Soignes s’étend  jusqu’aux lieux que nous habitons. Des ventes faites par le jeune Etat belge en 1832 feront passer des parcelles dans le domaine privé.  Le terrain qui sera le nôtre sera acquis  par M. Alfred Madoux, avec quelques petites maisons, une ferme, un potager, des vergers et un marais, futur étang. En 1884, cette propriété passe aux mains de  son fils, important journaliste, qui en fera une demeure prestigieuse. Les bâtiments actuels s’y rencontrent déjà.  Après les Madoux, c’est le Duc d’Orléans qui viendra y fixer sa demeure d’exil, organisant de somptueuses réceptions dans un cadre embelli et modernisé.  L’appellation Manoir d’Anjou apparaîtra alors pour honorer Philippe de France, duc d’Anjou, fondateur de la Maison de France et frère de Louis XIV.

1914: En l’absence du Duc, les Allemands prennent possession du manoir, qui sera récupéré, mais à nouveau réquisitionné en 1940 : ils y construisent des pavillons militaires et les deux bunkers que nous connaissons. Les  Anglais occuperons également le site, puis une unité belge.

1958: Le manoir,  propriété à ce moment du Comte de Paris, sera très heureusement vendu aux religieuses du Bon Pasteur, consacrées à l’éducation.  C’est alors un domaine de 11 ha avec des bâtiments qui nécessitent 17 ans de travaux: réparations,  constructions scolaires, dortoirs et chapelle.

Fin 1977, les religieuses cèdent les terrains à front de rue : on y trouve dès lors, d’un côté l’école  communale Icmes, de l’autre l’extension l’institut Ichec,  à l’étroit du square Montgomery.

Un élan nouveau apparaîtra avec l’accueil de la « messe des jeunes » suivi, en 1984, de celui d’une communauté de familles, prémisses des Fraternités que nous formons aujourd’hui.